Un été pour mener l’enquête

Cet été, j’ai décidé de tester pour vous la glucose Révolution de Jessie Inchauspé, alias the glucose Godess. J’ai entendu parlé d’elle il y a quelques mois et son approche de la régulation de la glycémie m’a interpellée.

Grâce aux réseaux sociaux, elle a réussi à communiquer sur un sujet que nous, diététiciens, connaissons depuis bien longtemps, et que nous intégrons au quotidien dans nos conseils mais peut-être de manière un peu moins sexy qu’elle! Si la plupart de ses conseils correspondent à mes connaissances, certains m’ont étonné et surtout, elle m’a fait découvrir une nouvelle technologie que ma nature de geek curieuse meurt d’envie d’essayer.

Je vais donc me lancer, durant cette période estivale, dans une investigation autour des glucides,  pour vous livrer mes conclusions, répondre à vos questions et compléter peut-être encore de manière plus précise les conseils de Jessie Inchauspé.

Glucose Revolution

C’est quoi la glucose révolution? 

Si vous avez échappé au battage médiatique autour de la sortie du livre Glucose révolution, je vous propose un aperçu de qu’il renferme : Jessie y livre ses connaissances sur le métabolisme du glucose, primordial pour notre organisme, de manière très simple et imagée.

Elle y partage aussi les nombreuses expérimentations réalisées à partir d’un capteur de glucose, qu’elle poste également sur son compte Instagram. La glucose godess s’amuse à manger des repas ou des ingrédients et à mesurer leur impact sur son taux de glucose. Elle a comparé notamment la pomme de terre et la patate douce (qui, au passage, ont exactement le même effet), le sucre de canne et le sucre blanc mais elle mesure aussi l’effet de l’ordre des aliments sur la façon de métaboliser les glucides !

Ces mesures, elle les a réalisées grâce à un capteur qui contrôle le taux de glucose en continu. C’est un dispositif créé à l’attention des personnes diabétiques mais qui peut également servir dans le milieu sportif ou encore à la recherche. Il n’est évidemment pas utile que chacun s’équipe d’un tel capteur mais les données collectées par des personnes comme Jessie Inchauspé peuvent mener à une réflexion et des conseils bénéfiques pour tous.

Une démarche soutenue par la science

Je tiens à préciser que, si ce livre et cette démarche m’ont interpellés, c’est parce qu’ils sont soutenus par la science. Les conseils prodigués et les recherches effectuées sont corrélés à des études scientifiques, le monitoring du glucose servant ici à les exemplifier. Jessie Inchauspé est biochimiste de formation et s’est passionnée pour le métabolisme du glucose, car de sa bonne régulation dépend notre santé et notre longévité.

Dans son livre et sur son site, elle mentionne les articles issus de revues scientifiques et médicales qui ont inspirés ses expérimentations. Vous y apprendrez pourquoi, même lorsque l’on n’est pas diabétique, il est important de s’intéresser au glucose, pourquoi les pics de glycémie sont mauvais pour la santé et pires que d’avoir une glycémie haute mais constante. Vous découvrirez ce qu’il se passe durant un pic de glucose et également les nombreux bienfaits d’une glycémie équilibrée: satiété, énergie, sommeil, comportement alimentaire, immunité, aspect de la peau, fonctions cérébrales et bien d’autres choses encore!

Des mesures personnelles, des conclusions utiles pour tous

Les résultats obtenus via ce monitoring sont intéressants mais également très personnels. En effet, il a déjà été démontré dans des études que la réponse glycémique à l’ingestion d’un aliment dépend de nombreux facteurs individuels, comme l’état de santé, de fatigue, l’activité physique, la prise de médicaments, etc.

L’expérience à laquelle je vais me livrer servira donc à comparer deux aliments ou repas de nature similaire pour évaluer la différence de l’impact qu’ils ont sur le métabolisme.

Il est possible qu’un aliment provoque chez moi un pic de glucose et que ce pic soit moins important chez nous. Ce qui sera interessant, ce sera par exemple de comparer un aliment dans sa forme brute et sa forme raffinée, et d’observer le décalage dans la réponse glycémique. C’est ce décalage qui sera valable pour tout le monde.

Sources de Glucides

L’expérience en pratique

Alors comment cela va fonctionner ? J’ai commandé un capteur de la marque Abott, le Freestyle libre, qui est en vente libre en Belgique. Un capteur coûte 59,9 € Il se pose pour 2 semaines. Il est possible de se l’appliquer seul, je vous proposerai d’ailleurs mon expérience de la pose du capteur en vidéo sur ma chaîne Youtube. Je vais lier ensuite ce capteur à l’application dédiée et gratuite sur mon smartphone.

Je pourrai ainsi scanner mon capteur à volonté pour récolter les informations en fonction de ce que je mange et en fonction d’autres paramètres qui influencent le taux de glucose. Je vous invite à regarder la vidéo pour comprendre comment fonctionne le capteur et ce qu’il mesure. 

 Les premiers jours, je compte me familiariser avec le capteur, l’application sur mon smartphone et mes résultats. Je procéderai ensuite à quelques expériences, en fonction des questions que je me pose et des aliments et repas disponibles à la maison. Les semaines suivantes, je poursuivrai mes expériences en fonction des questions que vous m’aurez posées sur les réseaux sociaux (Instagram, Facebook, Youtube, et même Tik Tok!). 

Les résultats que j’obtiendrai, les comparaisons et mes ressentis vous seront retransmis au fur et à mesure via ces réseaux sociaux et dans le courant du mois de septembre, je rédigerai un compte-rendu de ces expériences et les conseils que j’aurai pu en tirer.

J’espère vous voir nombreux interagir avec cet article et les différents posts à ce sujet, j’ai hâte de pouvoir répondre à vos questions et vous guider de manière simple et ludique vers votre meilleure façon de manger.

 

Cet article n’est pas sponsorisé, je ne vous incite pas à porter de capteur de glucose si vous n’en avez pas besoin, je le fais ici à titre d’expérimentation et d’enquête. Si vous êtes diabétique et que ce dispositif vous intéresse, parlez-en à votre médecin traitant ou à votre endocrinologue.